Imprimé depuis le site Archives du Formindep / publié le mardi 22 juin 2010

Girouette

Un ministre de la santé ça ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît

En France, on n’a pas de pétrole mais on a des vaccins. Un record mondial de commandes pour la grippe A, une facture salée à la clé, et la mission d’enquête du Conseil de l’Europe qui présente le pays comme l’exemple de ce qu’il ne fallait pas faire.

PNG - 232.6 ko
cvbachelot

Ça fait tache sur le CV d’une ministre qui s’applique pourtant à en épurer les moindres scories suspectes.

Madame Bachelot a d’abord défendu mordicus ses experts. Mais aujourd’hui, elle tourne casaque. Car entretemps la presse a dévoilé leurs nombreux liens avec l’industrie, et ces conflits d’intérêts scandalisent l’opinion. Le vent tourne, la ministre fait mine de le suivre :

« Il faut aller plus loin avec la loi », martèle-t-elle ce 15 juin 2010 devant la Commission d’enquête de l’Assemblée Nationale sur la grippe.

Comment ? En mettant en place une déclaration centralisée et publique des contrats liant médecins et industrie.
Cette proposition a comme un air de déjà-vu… Nos fidèles lecteurs auront bien sûr reconnu cette même proposition que défendaient le sénateur Autain et quelques sénateurs il y a tout juste un an lors du vote de la fameuse loi HPST !!

Et qu’en pensait alors la dame en rose ?
Eh bien… tout autre chose :
(Extraits du compte-rendu intégral des débats au Sénat du 4 juin 2009) :

(Le sénateur François Autain cite le cas d’un éminent professeur que la ministre a chargé d’une mission d’importance, et dont le rapport final n’indique pas les liens, nombreux, qu’il entretient avec l’industrie) :

La loi des suspects de 1793 , c’était le couteau suisse de la Terreur : 500 000 Français suspects par décret. Staline, plus besoin de le présenter, quelques millions de morts au compteur. Exiger le respect de la loi de la République, voilà qui, pour Madame Bachelot, vous range aux côtés de ce charmant personnage. Madame la ministre atteint quasiment le point Godwin.
Mais le message est clair : pour notre ministre la loi existante n’a « aucun intérêt », voilà qui explique pourquoi il a fallu cinq années et le recours du Formindep devant le Conseil d’Etat pour en obtenir les décrets d’application. L’amendement sénatorial, suspect de totalitarisme, fut donc rejeté sans plus d’explication.

Depuis, les Etats-Unis de Barack Obama ont adopté le Physician payment Sunshine Act qui oblige les firmes pharmaceutiques à déclarer publiquement les versements et avantages qu’elles accordent aux médecins. Et surtout, la polémique post-grippale a fait son chemin.

Aujourd’hui notre ministre prétend donc fort opportunément reprendre la proposition à son compte. Se serait-elle donc découvert une vocation de disciple de Staline, groupie de Pol Pot, khmère rose bonbon ? Ou aurait-elle compris qu’en matière d’information de santé, savoir qui parle ne relève pas de l’inquisition, seulement de l’exercice normal de la démocratie sanitaire, du plus élémentaire bon sens pour gérer ce risque majeur de santé publique que constituent les conflits d’intérêts non ou mal gérés en médecine ?

Il est permis de rêver. Alors, prenons la ministre au mot. Disons-le tout net, nous soutenons sa courageuse proposition. Nous saluons sa conversion. Tardive, certes, mais les derniers convertis étant souvent les plus zélés, nous attendons avec impatience la mise en œuvre de cette proposition d’un « sunshine act » à la française.