Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Voilà un livre qui mériterait d’être en première ligne dans la bibliothèque du Formindep. Enfin le guide pour le grand public qui expose, à l’abri des influences commerciales, la réalité sur les médicaments.

Son succès impressionnant confirme, après le drame du Mediator°, la nécessité d’un tel document et l’attente des patients et des usagers pour retrouver une confiance ébranlée (à juste titre) dans la médecine et ceux qui l’exercent.

Comme à son accoutumée, Philippe Even ne mâche pas ses mots, et ça fait du bien. Il est plaisant d’y lire la lucide et cinglante analyse de la dérive de l’industrie pharmaceutique, des compromissions de nombre de leaders d’opinion dévoyés de leur mission soignante, d’économistes de la santé zélés des firmes - le dézingage d’un Claude Le Pen est à cet égard un régal -. Le constat global de l’inutilité, voire de la dangerosité d’une grande partie des médicaments sur le marché sera partagé sans hésitation par les soignants protégés des influences pharmaceutiques.

A ce titre le Formindep est touché de se voir cité à plusieurs reprises dans le livre, et de se lire dans les remerciements de ceux à qui "nous devons tout". L’action de Philippe Even à travers ce livre va dans le bon sens, celui de la libération de la santé de l’emprise pharmaceutique, comme cela a été le cas pour ses autres publications, sa traduction du livre de Marcia Angell, ses témoignages, etc.

JPEG - 178.6 ko

En ce sens, ce livre rendra un service utile aux soignants indépendants pour argumenter et défendre auprès de patients victimes de prescriptions davantage induites par les dernières cajoleries des firmes que par les données de la science, la déprescription de la dernière cochonnerie médicamenteuse à la mode. "Voyez..., cher patient, c’est écrit dans le livre du professeur Even".

Toutefois l’utilisation de l’argument d’autorité pour libérer les patients du carcan médicamenteux, lorsqu’il est inutile, laisse un goût amer. L’argument d’autorité est un des outils privilégiés du marketing industriel pour convaincre et soumettre : "le professeur Untel l’a dit !..." L’argument d’autorité, la parole des professeurs, est un mauvais outil, c’est le niveau le plus faible de preuve scientifique, c’est même le signe de l’absence de preuve, c’est la parole de droit divin érigée en vérité. A éviter.

Début 2011, Philippe Even et Bernard Debré, dans leur rapport sur le Mediator, recommandaient que l’AFSSAPS utilise de vrais bons experts indépendants, 30 à 40 disaient-ils. Le Monde écrivait au moment de sa publication : "Au total, le rapport souligne "la totale faillite de l’Afssaps", qui échoue "parce qu’elle n’a jamais eu de directions d’envergure" mais surtout parce que c’est "une usine à gaz", "un labyrinthe dont rien ne peut sortir". Le rapport suggère "une réforme profonde, un véritable tournant". Il veut que l’Afssaps nouvelle s’occupe de missions d’analyse scientifique avec l’aide non plus de 3 500 experts, mais de 20 à 40 de haut niveau, sans conflit d’intérêts."

Il est dommage et dommageable que les auteurs de ce livre n’aient pas appliqué leurs propres recommandations pour son écriture .

Comment un seul homme, voire deux peuvent-ils en quelques mois produire pour le grand public ce que la revue Prescrire analyse et décortique avec difficulté pour les professionnels depuis plus de 30 ans ?

La lecture approfondie de ce livre donne la réponse : c’est impossible.
Si la majorité des informations sont fiables et correspondent effectivement à des données de la science décontaminées des influences industrielles, il persiste trop d’approximations, voire d’erreurs pour en conseiller la consultation en toute confiance.

Nous retiendrons comme exemples hélas parmi les plus significatifs la défense des dépistages organisés du cancer du sein et de la prostate. Comment peut-on promouvoir ( pages 454-455) l’intérêt du dépistage mammographique, en particulier à partir de 40 ans, alors que la dangerosité de ce dépistage à cet âge n’est même plus contestée par les tenants honnêtes de la mammographie ? Comment peut-on mettre en avant la position des urologues (page 457 à 459), et donc celle de Bernard Debré dont on espère qu’il ne s’agit pas de la principale contribution à ce livre, en faveur du dépistage du cancer de la prostate alors que les données sur sa nocivité ne font plus débat ? L’amitié entre Philippe Even et Bernard Debré justifie-t-elle une telle contre-vérité et ses risques graves de surdiagnostic ?

Sur un certain nombre de médicaments des affirmations sont inexactes, imparfaites ou incomplètes. Ainsi la pilule dite du surlendemain, l’ulipristal acetate alias EllaOne°, (nommée Ellaone page 445 ou EllaOne page 737) présentée comme "indispensable". EllaOne° a été promue par un marketing intensif pour anticiper le passage dans le domaine public du levonorgestrel et maintenir la firme leader sur le marché de la contraception du lendemain. Chimiquement apparentée à la mifepristone, son mécanisme d’action reste mal connu, et n’apporte pas d’avantage sur le levonorgestrel pour la contraception dite d’urgence. Ce médicament s’inscrit davantage dans la logique d’un "switch" marketing que dans l’amélioration du service médical.

Malgré toutes ses qualités ce livre confirme que l’argument d’autorité, la parole des professeurs, reste un outil inapproprié pour remettre la médecine au service de l’intérêt réel des patients et la libérer des influences qui la pervertissent. Ces vieux outils ne marchent définitivement pas.

Par ces limites importantes, ce livre, qui défend une juste cause, confirme la nécessité de changer de paradigme et de siècle. Il renforce indirectement la pertinence des engagements du Formindep et d’autres, pour une analyse critique rigoureuse, collective, pluriprofessionnelle, minutieuse et humble des données de la science et des influences qui s’y exercent, pour tenter de guérir une médecine moribonde que la mainmise des intérêts marchands est en train de rendre plus nuisible que bénéfique à la santé des populations.

Un livre à conserver dans la bibliothèque du Formindep, oui, mais à ouvrir avec précaution et esprit critique, qui témoigne d’une époque que nous voudrions révolue, celle de la parole de maîtres, même d’exception, comme outil de la décision médicale.

Post Scriptum :

Le Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux
de Philippe Even et Bernard Debré
- Editeur : Le Cherche-Midi (13 septembre 2012)
- Collection : Documents
- ISBN-10 : 2749121418
- ISBN-13 : 978-2749121413
- Broché : 905 pages - 23,80 €

Saisissez votre message

AVERTISSEMENT : les commentaires postéés en r&eacaute;ponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.


Qui êtes-vous ?