Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Santé, le trésor menacé

Les éditions L’Atalante publient à la fin du mois de janvier, le dernier ouvrage d’Antoine Vial : Santé, le trésor menacé. Nous l’avons lu.

Actualités

illustration d'actualités

Les facs de médecine les plus indépendantes vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique

Paul Scheffer, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis Lien vers le site dédié FACS.FORMINDEP.ORG C’est une première en France. Les facultés de (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil> Actualités
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
vendredi 4 novembre 2011

Dépistage du cancer du sein par mammographie

La réponse du Professeur David KHAYAT,

chef de service de cancérologie à l’hôpital de la Salpêtrière, ancien président de l’INCa, à 178 médecins qui l’interrogent sur les données scientifiques sur le dépistage mammographique du cancer du sein.

Chers confrères,

Soucieux de fonder les soins aux patients sur des données fiables, nous avons été 178 médecins, professionnels de santé, à cosigner la lettre ouverte au professeur David KHAYAT lui demandant d’apporter les données de la science sur lesquelles il fondait ses affirmations sur la pertinence du dépistage du cancer du sein par mammographie.

Sa réponse nous est parvenue le 3 novembre, datée du 26 octobre.

Nous vous laissons le soin d’en prendre connaissance ici.
N’hésitez pas à la diffuser largement.

Merci de vos réactions et de vos propositions de réponses, en commentaires à cet article.

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.

  • dimanche 6 novembre 2011 - par H. Vial Repondre

    La réponse du Professeur David KHAYAT,

    Quod erat demonstrandum....c’est atterrant. Sans même parler du métier que nous exerçons, qui n’a sans doute rien à voir avec celui du Professeur Khayat, parlons-nous seulement la même langue ?

  • lundi 7 novembre 2011 - par patrice humbert Repondre

    La réponse du Professeur David KHAYAT,

    Salut Formindep !
    Philippe DE CHAZOURNES, mon associé, a trouvé la solution pour le gardasil = il informe, sur informe les tutelles sur les effets potentiellement délétères de ce vaccin (on ne oparle pas des EI mais de la sélection des virus) et les invite à une ou des rencontres. Ensuite, il leur dit qu’ils ne peuvent plus dire qu’ils ne savent pas et que si l’effet délétère se confirme, ils pourront en être tenus pour responsables +++ Et ça, ça les fait un peu (trop peu mais qd m^me) bouger !!
    Patrice HUMBERT

  • jeudi 10 novembre 2011 - par don diego Repondre

    La réponse du Professeur David KHAYAT,

    c’est clair M le Professeur n’a aucun argument et se cache derrière une attaque ad hominem en éludant et refusant de répondre à la question : le prototype de la démarche anti scientifique, navrant.

  • lundi 5 décembre 2011 - par Repondre

    La réponse du Professeur David KHAYAT,

    Bonjour,

    Refuser de fournir des données scientifiques n’est il pas une faute grave de la part d’un Prof ?

    Si vous les mettez à contribution, le Ministère de la Santé (n’est ce pas lui qui nomme les professeurs ?) et l’Assurance Maladie (n’est ce pas elle qui finance ?) ne seraient ils pas susceptibles de contraindre le Professeur fautif à justifier sa prise de position ?

    IL NE FAUT PAS LACHER !

  • jeudi 8 décembre 2011 - par Déprez Repondre

    La réponse du Professeur David KHAYAT,

    Bonjour,
    Il n’avait pas le choix. Il ne pouvait tout de même pas répondre qu’il raconte n’importe quoi, n’importe quand.
    C’est amusant quand même qu’il utilise cette formule ridicule.
    Francis Déprez

  • samedi 10 décembre 2011 - par Repondre

    La réponse du Professeur David KHAYAT,

    Il est dommage que le Pr Khayat n’est pas répondu aux questions, mais il est indéniable que le ton de la lettre était inadapté et se voulait blessant. Je pensais trouver de l’information et non de la polémique...
    Dr Paul Terraux déçu

  • samedi 10 décembre 2011 - par trape Repondre

    La réponse du Professeur David KHAYAT,

    Vous avez choisi un ton un peu agressif et potentiellement redresseur de tort, dans votre courrier adressé au Pr.Khayat. Il ne faut donc pas s’étonner que sa réponse soit du même bois. Vous êtes trop intelligents pour savoir que ce climat ne favorise pas le dialogue, et, personnellement, je trouve que vous jouez un peu les vierges effarouchées, en relatant cette affaire, qui n’en est pas une, d’ailleurs. La façon de dire les choses est aussi importante que ce que l’on dit ; et c’est peut-être, le privilège de l’âge de le savoir...

  • mardi 13 décembre 2011 - par Dr Menu Gilles Nouzonville Ardennes Repondre

    La réponse du Professeur David KHAYAT,

    Si j’ai bien compris, aucun des médecins de Formindep ne participe au dépistage organisé du cancer du sein ? Parce que poser la question au Pr Khayat alimente la polémique contre le dépistage organisé. Que faut-il penser donc des 99% de médecins qui y participent : ont-il tort ? Si on découvre un petit cancer au dépistage organisé, que serait-il devenu ? Aurait-il régressé spontanément ? Vaut-il mieux soigner un cancer de petite taille qu’un cancer de grande taille ?

    Au fait, aujourd’hui, j’ai donné un arrêt de travail pour un patient qui n’avait surement rien, est ce c’est parce que j’ai un conflit d’intérêt avec ce patient ? J’ai accédé à une demande insistante de radio d’une patiente, est ce un conflit d’intérêt ? Cà n’arrive qu’à moi ?

    • mercredi 14 décembre 2011 - par Philippe FOUCRAS Repondre

      La réponse du Professeur David KHAYAT,

      Bonjour,
      Merci de votre contribution.
      Vous trouverez la plupart des réponses aux questions que vous posez sur le dépistage du cancer du sein sur notre site.
      Nous n’avons pas de réponse concernant les motivations de vos prescriptions, peut-être des éléments dans cet article.

  • samedi 17 décembre 2011 - par jf massé la rochelle Repondre

    La réponse du Professeur David KHAYAT,

    Comminatoire a deux significations : 1- en droit : qui renferme la menace d’une peine légale en cas de contravention. 2- Au sens courant : menaçant..
    C’est fort d’être capable dans le même étique courrier d’associer les mots "comminatoire" et "confraternel".
    Mais bon cette "performance" reste cependant très en deça du fond : le refus - tout net - de prendre en considération une demande laquelle, pour pressante qu’elle ait pu être dans la forme, présentait une importance majeure en termes de santé publique dans le fond !
    C’est indigne en regard de l’importance d’une parole répandue par une chaîne de radio publique et d’audience considérable.