Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Santé, le trésor menacé

Les éditions L’Atalante publient à la fin du mois de janvier, le dernier ouvrage d’Antoine Vial : Santé, le trésor menacé. Nous l’avons lu.

Actualités

illustration d'actualités

Les facs de médecine les plus indépendantes vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique

Paul Scheffer, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis Lien vers le site dédié FACS.FORMINDEP.ORG C’est une première en France. Les facultés de (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
mercredi 11 mai 2016

Communiqué de presse

La ministre de la santé doit assurer sans tarder une vraie transparence des liens entre professionnels et firmes de santé

La ministre Marisol Touraine a largement communiqué sur des avancées en matière de transparence des liens d’intérêts qu’apportait sa loi "modernisation de notre système de santé". Désormais, le montant des contrats liant professionnels de santé et laboratoires serait publié, annonçait-elle.

La réalité est cependant bien différente : cette publication était déjà exigée par la loi Bertrand du 29/12/2011, et aurait dû entrer en vigueur dès le 01/01/2012. Depuis quatre ans, seul un décret de la ministre trahissant la volonté du législateur a rendu cette publication impossible.
Le Conseil d’Etat, saisi par le Conseil National de l’Ordre des Médecins et l’association Formindep, a d’ailleurs condamné le gouvernement pour abus de pouvoir et rappelé la pleine portée de la loi dès février 2015.
Néanmoins, le ministère n’a à ce jour pris aucune mesure pour rétablir le respect de la loi.

Ainsi que l’a rappelé le Conseil Constitutionnel, la mise en ligne permettant de relier une rémunération à son objet (prestation d’orateur, de consultant, de chercheur..) est pourtant "justifiée par l’exigence constitutionnelle de protection de la santé et par l’objectif d’intérêt général de prévention des conflits d’intérêts" [Décision 2015-727 DC du 21 janvier 2016].

La Cour des Comptes a pour sa part souligné l’importance cruciale d’une base transparence.sante.gouv.fr de qualité, ouverte au contrôle des citoyens, et émis de nombreuses recommandations en ce sens [La prévention des conflits d’intérêts en matière d’expertise sanitaire – mars 2016].

Le Formindep appelle la ministre à publier rapidement un décret intégrant les recommandations de la Cour des Comptes, avec notamment une date d’entrée en vigueur fixée au 01/01/2012 - ce qui n’est pas le cas du projet de nouveau décret soumis à consultation en avril 2016.
A défaut, Mme Touraine aura fait la démonstration définitive que sous son ministère les intérêts privés des lobbies des firmes de santé prévalent sur l’intérêt général et le respect du processus démocratique.

Références d’articles antérieurs :
- La transparence est une course de fond - Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée
- Transparence des liens d’intérêts des professionnels de santé - Le Formindep appelle la ministre de la santé à appliquer enfin la loi
- Transparence - Le LEEM inaugure une permanence au Ministère de la santé
- Sunshine Act à la française : Le ministère de la santé organise le black out sur la transparence ... ... avec des décrets écrits en sous-main par les firmes
- Le ministère de la santé s’oppose à la transparence - Le Formindep répond à la Direction Générale de la Santé - Projet de décret modificatif du Sunshine Act
- Les liens d’intérêts des experts des organismes sanitaires restent cachés - Le Formindep dépose une requête en Conseil d’Etat.
- Décret sur la transparence en santé : opacité inacceptable sur les contrats des soignants avec les firmes - La porte ouverte à de nouveaux scandales sanitaires

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.

  • jeudi 12 mai 2016 - par docteurdu16 Repondre

    La ministre de la santé doit assurer sans tarder une vraie transparence des liens entre professionnels et firmes de santé

    Est-ce possible ?

    Est-il possible que le Ministère de la Santé se tire une balle dans le pied ?

    La majorité des "experts" qui font partie des agences et des sous-agences gouvernementales ont les liens financiers avec l’industrie en raison d’essais cliniques ou de participation à des "boards" ou en tant que propagateurs de la "bonne parole" dans des réunions dites de formation médicale continue.

    Or ces experts se targuent à la fois d’être courtisés par l’industrie, ce qui serait pour eux une preuve évidente de leur compétence, nous dirions pour être réaliste, de leur compliance, et s’en vantent peu au moment de délivrer leur message expertal quand ils s’expriment dans les médias.

    Il faut mettre fin à cette hypocrisie pour le bien de tous.

    Mais le Ministère ne le fera pas puisqu’il privilégie les experts qui sont à sa botte, ce qui n’est pas une preuve de compétence, et que cette hypocrisie favorise les médiocres aux dépens de ceux qui pourraient être critiques, constructifs et pertinents.

    Bonne journée.