Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Santé, le trésor menacé

Les éditions L’Atalante publient à la fin du mois de janvier, le dernier ouvrage d’Antoine Vial : Santé, le trésor menacé. Nous l’avons lu.

Actualités

illustration d'actualités

Les facs de médecine les plus indépendantes vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique

Paul Scheffer, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis Lien vers le site dédié FACS.FORMINDEP.ORG C’est une première en France. Les facultés de (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil> Actualités
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
mercredi 14 mai 2008

information indépendante

La campagne de dé-désinformation des médecins de la Réunion

une première en France !

De plus en plus fréquemment, comme ne cesse de le révéler le Formindep, certains messages sanitaires adressés au public et aux soignants sont biaisés du fait de conflits d’intérêts dissimulés. Ces messages bénéficient souvent de forts relais médiatiques, financiers, etc., et rendent difficiles une communication équilibrée et fiable entre les médecins et les patients, pourtant indispensable à des choix éclairés pour des soins de qualité.

Pour contrer ces désinformations l’Union Régionale des Médecins Libéraux (URML) de la Réunion lance sa nouvelle campagne "DéDésInformations" à l’intention du grand public.

JPEG - 42.1 ko

Dans cette première campagne, lancée dès ce mois de mai 2008 par des encarts dans les quotidiens régionaux le Quotidien de la Réunion et le Journal de l’Ile, l’URML de la Réunion rappelle les données fiables sur le dépistage du cancer de la prostate et les risques de ce dépistage. Elle rappelle que le dépistage systématique de ce cancer par le dosage du PSA dans le sang n’est pas recommandé.

Ainsi c’est en toute connaissance de cause et à partir de données validées que les patients réunionnais seront à même de se déterminer sur les soins les plus appropriés à leur état de santé, protégés des pressions commerciales et autres intérêts particuliers.

D’autres thèmes sont prévus, comme le traitement hormonal de la ménopause.

Une première initiative courageuse et salutaire de la part d’une institution médicale, qui mérite d’être saluée, encouragée et surtout étendue largement. Les obstacles à la diffusion d’une information médicale indépendante et non biaisée sont en effet nombreux.

Bravo l’URML de la Réunion !

JPEG - 132.6 ko

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.

  • mercredi 14 mai 2008 - par Dominique DUPAGNE Repondre

    La campagne de dé-désinformation des médecins de la Réunion

    Bravo en effet à l’URML réunionnaise de donner ainsi l’exemple à la métropole.

    Je salue au passage le webmaster Hugues Raybaud, vieux compagnon de route du web médical qui a été parmi les premiers sur son site Esculape.com a signaler les limites du dépistage du cancer de la prostate.

    Ce qui est particulièrement intéressant, c’est de constater le poids d’internet dans ce contre-pouvoir face à des médias traditionnels qui ne remplissent plus leur mission d’information.

    On comparera avec intérêt l’opinion provenant d’experts et de supports reconnus comme Encyclopédie Larousse(1) avec ceux de l’encyclopédie collaborative Wikipédia.

    Plus on s’éloigne des experts, plus on s’approche de la vérité.

    1) Le site de l’encyclopédie en ligne Larousse (libre d’accès depuis peu) est parfois saturé.
    http://www.larousse.fr

    Extrait :

    EXAMENS
    - Le toucher rectal est un examen très simple et fiable, qui permet de palper la prostate et d’évaluer sa forme, sa consistance, sa régularité et son volume.Il devrait être réalisé annuellement à titre de dépistage de l’adénome ou du cancer de la prostate chez l’homme de plus de 50 ans.
    - Les examens bactériologiques sont l’examen cytobactériologique des urines (E.C.B.U.) et l’examen des sécrétions prostatiques, pratiqué en cas d’écoulement urétral ou après un massage prostatique.
    - Le dosage sanguin du PSA (antigène prostatique spécifique) renseigne sur le volume prostatique et, en cas d’hypertrophie, sur la nature, cancéreuse ou non, du tissu prostatique ; il permet parfois de déceler un cancer de la prostate qui ne s’est pas encore manifesté cliniquement. Ses valeurs varient normalement de 2 à 4 nanogrammes par millilitre de sang.
    - L’échographie prostatique, pratiquée par voie endorectale, permet d’évaluer très précisément la structure et le volume de la prostate.
    - La biopsie prostatique permet de confirmer le diagnostic d’un cancer de la prostate. Cet examen est réalisé par voie endorectale sous contrôle échographique, ce qui permet de prélever très précisément une zone prostatique suspecte à l’échographie.Il ne nécessite pas d’anesthésie.
    - L’urographie intraveineuse ne permet pas de visualiser la prostate ; en revanche, elle sert à évaluer l’éventuel retentissement sur la miction et sur les reins d’un adénome de la prostate.

    • mercredi 21 mai 2008 - par Philippe FOUCRAS Repondre

      La campagne de dé-désinformation des médecins de la Réunion

      Voir aussi l’article sur le site d’Atoute.org
      et à partir de cet article, le lien avec l’émission de février 2008 de la Télévision Suisse Romande sur le dépistage du cancer de la prostate. Une émission remarquable. La télé et les médias de service public peuvent donc transmettre une information médicale de qualité, pondérée, fiable et à l’abri des conflits d’intérêts. En Suisse.

  • dimanche 22 juin 2008 - par Philippe FOUCRAS Repondre

    La campagne de dé-désinformation des médecins de la Réunion

    Dernière nouvelle :

    le Monde de samedi 21 juin 2008, daté des 22-23 juin, publie en page 3 l’encart de l’URML de la Réunion (section généralistes) sur le dépistage du cancer de la prostate.