Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Santé, le trésor menacé

Les éditions L’Atalante publient à la fin du mois de janvier, le dernier ouvrage d’Antoine Vial : Santé, le trésor menacé. Nous l’avons lu.

Actualités

illustration d'actualités

Les facs de médecine les plus indépendantes vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique

Paul Scheffer, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis Lien vers le site dédié FACS.FORMINDEP.ORG C’est une première en France. Les facultés de (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
jeudi 5 janvier 2012

Alter-addictologie

L’alcoolémie, une dangereuse (et lucrative ?) dérive conceptuelle

En santé publique comme en médecine, la prévention des risques doit porter sur des critères cliniques validés et pertinents pour les citoyens ou les malades. Fonder des décisions sur des critères "intermédiaires", comme l’alcoolémie dans la prévention des accidents de la circulation, le cholestérol pour la prévention cardiaque, expose au risque de manipulations par des intérêts privés et de dérive démocratique.

.

Sans que cela ait suscité grande réaction, le Président de la République vient d’annoncer que, dès février 2012, un éthylotest devrait être obligatoirement présent dans toute voiture automobile. Or le parc automobile français comporte 37 444 000 véhicules. La charge financière pour les automobilistes est encore très difficile à évaluer, d’autant que la fiabilité des éthylotests est très contestée [1]. Les normes des appareils grand public ne sont pas encore établies, et l’on ne sait pas encore quels seront les appareils agréés [2]. Le prix d’un éthylotest varie autour de 2 euros pour un ballon à usage unique. Il va de 100 à 400 euros pour un appareil numérique. La dépense globale induite est donc au minimum de 75 millions d’euros, mais peut atteindre le demi-milliard. C’est considérable. Autant est indéniable l’exigence du gilet jaune réfléchissant qui peut protéger tout passager d’une automobile, autant l’éthylotest ne concerne qu’une frange de conducteurs buveurs mais suffisamment conscients pour se poser des questions avant de prendre le volant. Pour eux, une réglette inusable valant 0,5 euro, souvent distribuée par les associations de prévention, donne une estimation aussi fiable. On peut donc se demander la justification d’imposer une telle dépense en période de vaches maigres, et quelles peuvent être les retombées collatérales d’une telle manne en campagne électorale.

Hormis les dégâts de l’alcoolisme chronique, le risque le plus courant auquel s’expose le buveur, c’est l’ivresse. L’ivresse visible est depuis longtemps réprimée, comme en témoignent les affiches apposées dans les débits de boisson. Le tapage, les bagarres étaient visés. La maréchaussée faisait facilement le diagnostic, essentiellement sur les troubles du comportement et de l’équilibre. Tout le monde savait, pour prouver qu’on n’était pas saoul, qu’il fallait pouvoir se tenir sur un pied, le coude sur le genou opposé, la main faisant un pied de nez.

Mais quand on circulait en charrette, le cheval savait en général ramener seul à la maison le conducteur défaillant. L’automobile a changé les données du problème. La vigilance doit être intacte, les réactions rapides et adaptées. De légères perturbations, invisibles à la simple observation clinique, peuvent avoir de graves conséquences. L’objectif est donc de déceler plus finement l’aptitude à conduire des véhicules dangereux. Hélas, on a abandonné la clinique pour l’alcootest. C’est une étape décisive. Ce n’est plus l’aptitude à conduire qui est contrôlée, mais le taux d’alcoolémie.

Ces taux limites logent tout le monde à la même enseigne. Or la sensibilité individuelle à l’alcool est extrêmement variable. Tel contrôle systématique révélera qu’un chauffeur de poids lourds conduisait son 20 tonnes sans trouble apparent et sans accident avec une alcoolémie à 2 g par litre, un taux où je serais depuis longtemps en coma profond. D’autres sont des dangers publics avec 0,49 g/l. Se référer simplement au taux d’alcoolémie a une conséquence grave, puisque la consommation d’alcool est encore légale.

Dans les conditions de vie actuelle, l’usage d’un véhicule n’est plus un simple loisir, mais une nécessité parfois vitale. Le retrait du permis de conduire n’est pas anodin. Il peut briser la vie personnelle et professionnelle. Une telle atteinte inadmissible aux libertés ne devrait pas tolérer l’arbitraire. Je trouve hallucinant qu’on envisage d’équiper systématiquement les nouvelles voitures d’un dispositif anti-démarrage basé simplement sur un alcootest, qui ne détectera pas la simple fatigue, ou qu’on se soit bourré de Valium° ! Or s’il existe clairement une corrélation statistique entre l’alcoolémie et les accidents de la route, un taux individuel d’alcoolémie n’est pas suffisamment fiable pour justifier une répression aveugle.

De plus, beaucoup d’autres facteurs que l’alcool peuvent rendre inapte à la conduite. Pourquoi ne pas aussi rendre obligatoires un testeur de monoxyde de carbone, des tests anti-drogues ? Si l’on a fumé du cannabis, si l’on est sous tranquillisants, ou bourré de cocaïne ou d’héroïne, si l’on n’a simplement pas dormi, ou si l’on est en proie à une émotion ou un stress intense, on peut risquer l’accident.

Abandonner la détection de troubles cliniques pour un taux limite d’alcoolémie pour tous est comme si l’on avait décidé qu’on ne pouvait plus conduire après 70 ans, ou que le 42 serait la pointure maximale des chaussures. Or il est des méthodes plus sensibles pour juger de l’aptitude à conduire. Les psychologues ont imaginé une foule de tests pour juger de la vigilance, du temps de réaction, des capacités à choisir rapidement sans erreurs. Dans les auto-écoles, les simulateurs de conduite placent le sujet dans des conditions réelles de trafic. Mais sans aller aussi loin et faire repasser le code, suivre avec un crayon sans déborder un tracé de route sinueux, avec stops et carrefours, en notant les erreurs et le temps de réalisation est certainement plus adapté au but recherché qu’un dosage, et explore l’objectif réel. On peut parfaitement imaginer un logiciel utilisable sur le petit écran d’un appareil de poche, qui permette de savoir si l’on est capable de prendre le volant, et aux gendarmes de le contrôler, score à l’appui.

C’est une dérive générale. On perd de vue la clinique, tout le contexte qui fait qu’un patient est une personne humaine globale, dans un environnement complexe, et non un taux de glycémie, de cholestérol ou de pression artérielle à normaliser coûte que coûte, à coups de régimes et de médicaments prescrits selon des normes de plus en plus restrictives établies par des sociétés dites savantes en fonction du profit industriel maximum.

[1Laurenceau T, Thuin (de) C. Essais de 11 éthylotests. 60 millions de Consommateurs (2006) n° 402, p 50-54

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.

  • dimanche 8 janvier 2012 - par docteurdu16 Repondre

    L’alcoolémie, une dangereuse (et lucrative ?) dérive conceptuelle

    Je crains que cet article qui pose des questions intéressantes sur le fond, à savoir l’intersubjectivité des valeurs biologiques, ne soit dangereux. D’une part, il confond les critères intermédiaires et les critères de substitution, ce qui est pour le moins gênant, d’autre part il pourrait faire croire qu’il n’y a pas de relation entre le taux d’alcoolémie et le nombre des accidents de la route (explication causale). Il est également possible de penser que la baisse considérable du nombre de morts sur les routes de France depuis ces trente dernières années est le véritable end-point et que l’alcoolémie est un des nombreux facteurs intermédiaires et / ou de substitution qu’il ne faut pas ignorer pour tenter d’expliquer cette baisse. S’agit-il d’une offensive libertarienne ?

  • mercredi 11 janvier 2012 - par Dominique Dupagne Repondre

    L’alcoolémie, une dangereuse (et lucrative ?) dérive conceptuelle

    Cet article est remarquable. Il me réchauffe le coeur en démontrant qu’il existe encore un courant humaniste et clinique en médecine. Nous sommes désormais dans le règne des indicateurs. Les indicateurs sont progressivement transformés en "obligateurs".

    Le taux d’alcoolémie n’est qu’un facteur parmi d’autres du danger au volant. Nous sommes en effet tous différents face à l’alcool. Un petit jeu vidéo sur une console coûterait moins cher qu’un éthylomètre et serait bien plus fiable pour évaluer les réflexes ou la desinhibition du conducteur.

    Nous ne sommes pas des clones, un risque ne peut se déduire d’une mesure biologique.

    Savez-vous ce qui m’effraie le plus : c’est que des confrères commencent à critiquer cet article ça et là, montrant qu’ils ne comprennent plus grand-chose à la médecine.

  • mercredi 11 janvier 2012 - par jbc Repondre

    L’alcoolémie, une dangereuse (et lucrative ?) dérive conceptuelle

    Molinard :
    Or s’il existe clairement une corrélation statistique entre l’alcoolémie et les accidents de la route, un taux individuel d’alcoolémie n’est pas suffisamment fiable
    Docteur16  :
    il pourrait faire croire qu’il n’y a pas de relation entre le taux d’alcoolémie et le nombre des accidents de la route (explication causale)

  • vendredi 24 février 2012 - par Debra Repondre

    L’alcoolémie, une dangereuse (et lucrative ?) dérive conceptuelle

    Le comportement du gouvernement ? de la société ? fait voir qu’à la longue de plus en plus de personnes préfèrent la sécurité à la liberté, qui ne peut émerger qu’en présence d’une responsabilité individuelle qui n’a pas grand chose à voir avec la manière dont cette expression est reprise et serinée dans les médias.
    Il est à craindre que nous nous acheminions petit à petit vers une criminalisation de l’alcool, criminalisation qui accompagnera celle de tout autre produit qui aura été étiqueté "mauvais" pour notre santé, dans un contexte global où la "santé" sera définie de manière "objective" par des chiffres, et sera le bien suprême. Notre Dieu à tous ?